DSC05395-tile
18 participant(e)s  
MERCI  au Dr Olivier RAMOUSSE, médecin chef régional du travail à la MSA et 
à Dominique DUVERT chargée de mission prévention du suicide ARAMIS

Deux jours intenses en émotion !

Merci à tous les participant(e)s pour leurs témoignages francs et sincères ,
une belle preuve encore de confiance, de complicité et d’amitié !  Notre force !
Bravo à celles et ceux qui ont appris à surmonter leur appréhension
pour parler et nous rejoindre !

La France appartient aux groupes des pays les plus touchés par le suicide en Europe avec un taux de suicide établi à 15,24 pour 100 000 personnes contre un taux moyen de 10,3. 
28 suicides par jour, 1 suicide toutes les 50 minutes,
C’est la tranche des plus de 85 ans qui connaît le taux le plus élevé (8 suicides par jour) !

En Auvergne, les taux ont évolué favorablement au cours du temps, ils restent supérieurs aux taux moyens français avec un taux global pour la période 2005-2007 de 17,48. 320 personnes sont décédées par suicide, deux fois plus que par accident de la route !
Les taux les plus élevés sont observés dans les départements de l’Allier et du Puy-de-Dôme


A la campagne, les moyens létaux sont à portée de la main !
Le suicide  est contre-nature, il défie  l’instinct de survie ! 
Le suicidaire va mettre en place, planifier  un scénario très précis pour en arriver à l’acte, il ne veut pas mourir mais mettre fin à un mal devenu insupportable.

Une poche de résistance DFAM 03  : le groupe mieux "armé" pour
Repérer la crise suicidaire,comprendre la trajectoire vers l'impasse qui ne serait pas totalement imprévisible... 

Evaluer le potentiel suicidaire : une triple évaluation R.U.D.  
Des questions précises pour des réponses précises ! 
Poser les bonnes questions (pourtant si dérangeantes ...)

RISQUE OU DEGRE DE VULNERABILITE / Pourquoi ? Le niveau de souffrance ? Analyser le contexte.
URGENCE ou le scénario envisagé, l’imminence du passage à l’acte Où ? Quand ? Le degré d’intentionnalité, la potentialité mortelle ? un éventuel élément précipitant ?
DANGEROSITE Comment ? Quels moyens ? La létalité ?  (À disposition ?) L’accessibilité ? Comment ?

Le niveau d'évaluation ou RUD déterminera le type d'intervention ( établir un lien de confiance, aller vers la personne, accueillir et écouter, accepter, faire preuve d'empathie, reconnaître la souffrance, désamorcer, formaliser le mal-être, le reformuler en mettant des mots sur la douleur si l'on peut, si l'on veut, si l'on s'en sent capable bien sûr !  Selon ses compétences )
Ne pas donner d'ordre "secoue-toi!" ,
Ne pas juger !  
Un premier soutien : l'écoute pour détecter et décrypter les messages et les signes avant-coureurs.

Un réseau ou des cercles complémentaires
- C’est en prouvant à la personne en souffrance que sa vie a encore de l’importance !

- C'est en entendant cette souffrance, en l’emmenant à en parler et à se libérer 


- C’est en endossant le rôle de
 " passeurs ", de "  maillons " de personnes
relais " entre la douleur devenue intolérable

et
des personnes "ressources"service médical, professionnels soignants, psychiatres et prise en charge thérapeutique que nous contribuerons à prévenir le suicide. 

DSC05383

DSC05390

DSC05382

DSC05391

ScreenShot651
Cliquez sur l'image pour lire en version PDF

"Face à cette détresse, il y a sûrement un regard à porter,
une main à tendre, une parole à entendre ;
c’est peut-être même cela qu’attendent de nous
ceux qui semblent n’attendre plus rien." 
Professeur MICHEL DEBOUT – « La France du Suicide » (ed. STOCK – 2002) 

Fondateur de l’Union Nationale de Prévention du suicide 
Psychiatre et Professeur de Médecine légale au CHU de Saint-Etienne 
Quel regard porter ? Quelle conduite tenir ? Quels mots choisir ?

ScreenShot621

Ce stage ou "formation" a eu pour objectif de sensibiliser  
le repérage de la crise suicidaire
et l’évaluation du potentiel suicidaire
afin d’élaborer une orientation adaptée.
 

ScreenShot620

Un médecin du travail est intervenu aux côtés de Dominique Duvert chargée de mission prévention du suicide ARAMIS.Les intervenants sont obligatoirement formateurs en prévention du suicide agréés par l’ARS Auvergne

Les objectifs de cette formation s’inscrivent dans la lignée des orientations du groupe DFAM 03 de prévention et de sensibilisation des agriculteurs et agricultrices aux RPS dans le monde agricole  : afin que nous soyons toutes et tous mieux "armé(e)s", capables d' écouter les personnes en situation de mal-être ou situation difficile  et les orienter vers des services compétents et appropriés. 

LOGO DFAM03

 

 

Logo vivea

1er MODULE : 7 et 8 janvier 2014
2ème MODULE : 23 Juin 2014
De 9h30 à 12h30 et de 13h30 à 17h30 (7H/journée)

LIEU Tronget salle en face de la mairie Coût de la formation 40 euros  Formation agréée Vivéa 

S'inscrire auprès de Béatrice Sommeiller
0470473437 ou c.sommeiller@orange.fr avant le 6 janvier 2014


 

VALIDITE DE LA FORMATION
Une attestation mentionnant la nature et la durée de l’action sera remise à chacun des stagiaires à l’issue de la formation sous condition de leur participation à l’ensemble des modules qui la composent. Fiches et livrets pédagogiques remis aux participants

METHODES interactives 
Apports théoriques et pratiques / Diaporamas / DVD
Echanges stagiaires – formatrices/ Tests et exercices Jeux de rôle / Fiches techniques/ Livret de formation

PREMIERE JOURNEE

Accueil des participants
Présentation de la formation

Présentation des intervenants
Présentation des participants (attentes, vécus, questionnements…)

Les idées reçues (travail par groupes)

Données épidémiologiques :
- Europe – France – Auvergne - Monde rural

Le repérage de la crise suicidaire (partie théorique)
- La modélisation de la crise suicidaire
- L’évaluation du potentiel suicidaire (risque, urgence, dangerosité)
Questions sur la journée

DEUXIEME JOURNEE

Accueil des participants
Retours sur la journée précédente

Le repérage de la crise suicidaire (mises en situation) Jeux de rôle réalisés par groupes de trois puis évaluation de la situation par les stagiaires

Visionnage d’un DVD
Construire un protocole d’orientation des personnes à risque suicidaire

Questions sur les deux journées

TROISIEME JOURNEE A 6 MOIS DE DISTANCE

Retours sur expérience
Retour sur le repérage de la crise suicidaire
La conduite d’entretien : pistes d’intervention

*Tous les éléments ci-dessus sont tirés de la plaquette de formation ARAMIS "Prévention du suicide"
La formation est ouverte a toute personne, agriculteur, agricultrice, responsable d'association ou organisme susceptible d'être confrontée à  des situations de détresse ou mal-être.