Aujourd’hui, face aux enjeux de société - l’alimentation, la santé et l’environnement- il est nécessaire pour notre monde agricole, 
*d’accepter que les choses soient quelque peu complexes, 
*de tenir compte des attentes des consommateurs, des logiques de contestation, des conflits que sous-tendent les divers rapports au monde agricole et à la vie en milieu rural, 
*de nous interroger sur les principales préoccupations des consommateurs et par conséquent 
*d’agir avec  les « autres ». 
Nous avons tous des droits, des besoins, des devoirs, des savoirs qui peuvent faire évoluer nos pratiques et organisations respectives.

wordle 3

L’enjeu de notre démarche basée sur les droits culturels est donc d’analyser nos pratiques, nos valeurs et notre  identité culturelle à partir d’expériences de terrain réelles, à partir de regards croisés –coopération culturelle-, pour les expliquer, les diffuser et développer des dialogues, débats et  liens nouveaux.
* Par des questionnaires, des entretiens, un micro-trottoir ...
Nous irons rechercher des savoirs complémentaires et extérieurs sur le monde agricole et le milieu rural, des visions autres,
Nous mettrons en mots ces représentations, ces préoccupations 
Nous chercherons et collecterons la parole des « autres » acteurs impliqués dans notre société afin de porter un œil objectif et critique, de mieux analyser -le monde rural est un monde composé de communautés ou groupes à géométrie variable qui s’entrecroisent ou non-.

Un citadin, un écologiste, un sociologue, un élu... ou d’ « autres »  s’entretiennent avec un agriculteur : La connexion entre ces gens d’horizons différents permet à chacun  d’apprendre et de comprendre des nouveaux savoirs, de prendre en compte les droits fondamentaux de chacun dans leurs pratiques quotidiennes.
La société évolue ? OUI ! 
En dignité ? OUI ! 
En respect des droits humains ? OUI ! 
En connaissance et reconnaissance du monde agricole ? OUI ! 

Ecrire « pour » et « avec » les « autres » 
Plus d'infos ICI

 Notre cas d’école  = Le prochain projet de publication du groupe DFAM 03 rendrait compte de la diversité de ces points de vue sur le monde agricole et le milieu rural, paroles et  regards partagés et croisés faisant émerger les problématiques de notre époque.

-pourrait alors engendrer de nouvelles postures pour tous les protagonistes et permettrait à tous de grandir en savoirs et en dignité.
-servirait de vecteur d’éducation et de formation : on s’éduque et se forme soi-même et on éduque et forme les « autres » : On questionne et on améliore les connaissances sur le monde agricole par cet échange de savoirs.

Ce en quoi nous permettrions à chacun d’être en capacité de comprendre, ce en quoi nous contribuerions au rétablissement du pacte de confiance entre agriculteurs et consommateurs tout en respectant notre propre culture et la culture des « autres ».


ScreenShot869

 A DECOUVRIR /
LES AGRICULTEURS FACE AU PUBLIC
Le monde agricole ne communique pas assez auprès des citoyens 24/05/2015| par Terre-net Média
Selon le baromètre agricole Terre-net Bva, près de 80 % des agriculteurs estiment que le monde agricole ne communique pas assez auprès du grand public pour défendre le métier d'agriculteur et les productions agricoles. Voir l'article sur le site Terre-net ICI