Merci à toutes et tous pour votre présence !
Journée dense, intense et riche en échanges !
Débats et paroles libérés au cœur du monde agricole !
Album   ICI 
4 extraits - 4 vidéos postées sur Facebook -
Bravo aux intervenant.e.s qui ont captivé le public ! 

Agricultrices, des "premières de cordée" à leur manière !

 22552851_1836358226409511_7854079002996460113_n 

Cécile Foissey est formatrice, médiatrice et coach à la chambre d’agriculture de Haute-Marne. Son cheval de bataille, c’est améliorer l’entente dans les GAEC, c’est déminer les conflits entre associés ; son rôle, c’est faciliter la parole, c’est faire s’exprimer les émotions, le cœur… Et on ne peut pas parler de Cécile Foissey sans parler de Marguerite la vache de Gégé qui s’est mis dans la tête d’observer avec empathie les agriculteurs et tant qu’à faire, au fil de petites histoires, de lettres ou rubriques un tantinet décalées et humoristiques, toutes plus touchantes et authentiques, de sensibiliser les agriculteurs aux thèmes liés aux Relations Humaines, d’améliorer leur bien-être.

Elle a choisi de libeller ainsi le titre de son intervention « Femmes au cœur des évolutions des entreprises agricoles ? »  

22549582_1836358876409446_4761998714493952196_n

 Sophie Marçot est consultante, auteure du livre « J’ai décidé de gagner du temps », Sophie est spécialisée dans l’organisation du travail, dans la gestion des problèmes relationnels dans les exploitations. " Vie privée, famille, entreprise : quelles frontières dans l'organisation au quotidien, pour quel équilibre 

22539050_1836359353076065_7186508534283695910_o 

Joël Magne  Lozérien, ancien professeur de productions animales au lycée agricole de Marmillat à Clermont-Ferrand est connu pour son implication au sein de l’Afdi Auvergne (Agriculteurs français et développement international) et pour ses conférences sur la souveraineté alimentaire et les relations entre élevage et société.  Il est l’auteur de l’ouvrage "Des femmes et des hommes, une histoire de passion ». Qui mieux qu’un homme passionné peut mettre en perspective le rôle primordial de porte-parole des femmes, de prise en charge de l’image de la profession, dans l’exercice de la communication, de l’échange, de la médiation, plus que nécessaire aujourd’hui pour continuer à s’entendre, à se comprendre, à se respecter, à bien vivre ensemble : un monde agricole qui évolue, d’une part, et les attentes et demandes de la société et des consommateurs d’autre part. Il est notre invité pour une conférence qu’il a choisi d’intituler « Agricultrices et Société ». 

22550392_1836359756409358_8636272748352508846_o

22555403_1836359609742706_8690743233956638281_o

-Les représentantes des groupes féminins de développement agricole sont là, elles aussi, venues de toute la France pour alimenter le caractère national de notre journée. (on sait ce qu’il faut de persévérance et de volonté pour mobiliser et participer à des journées comme celle -ci). Elles sont venues -de l’AIN, merci à Nathalie MANIGAND (elles sont venues à 12 avec des étudiants…),-de la Gironde, merci à Véronique CAMUS, (elles sont venues à 5) -de la Nièvre, merci à Chantal PELLETIER, -du Pas de Calais, merci à Charlotte BECOT et aux 3 agricultrices qui l’accompagnent, -de Seine Maritime, merci à Elisabeth LEFORESTIERSylvie LASNON , de la Sarthe, (elles sont venues à 4) merci à Monique HUGER , merci à Marie-Rose BOUCHEROT de Côte d’Or. Toutes ou presque sont membres de l’IGF, l’Inter groupes féminins soit l’échelon national de nos groupes féminins de développement agricole.

Screen Shot 047 

DA5C9099-E7DE-4B6D-BCA3-97468AE86B72

52E33DD4-A7F0-4A3B-A517-DFEE870D2341 

"Planteuses d'hommes" ? "Passeuses" ? Médiatrices ? 
"Le dernier volet porte sur la Transmission, et nous avons le privilège de recevoir ce soir, Madame Dominique Jacques Jouvenot, Professeure de socio-anthropologie à l’Université de Franche-Comté. A priori, la « transmission » devrait être une question simple : Une continuité professionnelle, en théorie : l’un donne et l’autre reçoit et s’approprie. Oui, mais voilà, si l’on se penche sur la forme de la transmission d’entreprise dans le domaine agricole, la seule observation de pratiques et d’exemples autour de nous fait apparaitre un bon nombre d’interrogations et d’enjeux qui pourraient mettre en péril à la fois l’exploitation et la famille. Il s’agit, la plupart du temps, de transmission de l’entreprise familiale, de transmission d’un patrimoine économique et familial, même si notre débat portera certainement aussi sur les transmissions hors cadre familial.

 -L’ancien cède, libère la place, donne en héritage pour perpétuer et pérenniser son entreprise, il passe la main, son savoir-faire, son capital professionnel et familial, ce qui a fait le sens et l’engagement de toutes son existence.

-Le jeune lui succède, reprend, il a été choisi comme maillon et dépositaire d’un bien qu’il a le devoir de faire fructifier, il a travaillé avec ou s’est associé avec son père, il va prendre sa place et s’installer ! il a conscience du sens donné à cette transmission, il ressent des non-dits, de la pression, des obligations et de la responsabilité envers la lignée familiale !
C’est dans ce mélange travail-métier - famille, dans cette confusion et imbrication père cédant, fils repreneur, femme épouse et mère du repreneur que s’organise la transmission.  A savoir qu’à terme, chacun devra trouver, perdre et ou retrouver une place !

N’a-t-on pas souvent entendu : « on ne le pousse pas, il est né dedans mais on le laisse choisir, on le pousse à faire des études, il fera bien ce qu’il voudra ! même si on aimerait bien laisser la place… » Déni ? Peur de laisser, de donner un fardeau trop important ? Non-dit ? Espoir ? Culpabilité ? Aveu d’échec ? Alors, quel rôle pour la femme, pour celle qui travaille à l’extérieur de l’exploitation ? Quelle place pour la mère, pour la belle-mère dans la relève familiale, dans le renouvellement intergénérationnel, dans la stratégie de transmission et dans les relations entre tous les protagonistes ? Quelle responsabilité dans le choix du successeur ? dans la formation et l’éducation de l’héritier pour suivre l’exemple professionnel parental, et prendre la suite comme on dit ! Quel espace reste-t-il alors à la belle-fille dans cette chaine de transmission ? Pièce rapportée ? Valeur ajoutée ? »
Place au débat." Michèle Debord   pour Dfam 03 DA9D5578-6CDE-4401-9D64-A51F1F70DCB3
Dfam 03  Bravo les filles ! Parole de Loco !


 

LOGOS

logo-partenaire-2017-rvb-pastille-bleue-png

Merci !  à la Fédération Départementale et les agences locales du Crédit Agricole Centre France de Montmarault et Moulins représentées par Monsieur François BERTHOMIER. Nous remercions très sincèrement Messieurs BERTHELIER, PERRICHON et LEMEUNIER pour avoir porté favorablement nos demandes.

-La Fédération des caisses locales de Groupama de l’Allier, Monsieur Guy MADET est représenté par Madame Laurence LABOUESSE. Fabienne MERCIER représente l’Agence de Montmarault.

-La Mutualité Sociale Agricole Auvergne représentée ici par Madame Juliette Boyé, assistante sociale.
-Le Conseil Régional AURA en la personne de Monsieur Emmanuel FERRAND,
-La Délégation Départementale aux Droits des Femmes et à l’Egalité représentée par Madame Emilie DILLENSCHNEIDER.
Tous nous soutiennent, nous suivent avec intérêt et répondent favorablement et fidèlement dans la valorisation de nos actions depuis la création de notre groupe en 2009.

Merci à Yasmina LEMOINE (Trame) -Une formation dirigée par Yasmina Lemoine,  nous a permis d’élaborer une enquête. Nous avons souhaité répertorier, comprendre les particularités de la famille agricole et ce au prisme, c'est-à-dire en lien avec l’évolution de la place et du rôle de la femme dans les exploitations agricoles pour essayer de parvenir à une vision globale du modèle familial agricole, aujourd’hui, en 2017 - , Olivier TOURAND, président de la FNgeda et Juliette MOYER, journaliste RCF pour sa fidèle implication. Merci à Gérard SERVIERE Institut de l’elevage RMT Travail en élevage.

à suivre podcast RCF et articles de presse La Montagne, l'Allier agricole, La France Agricole et un compte-rendu voire quelques extraits choisis de notre symposium.

 a lire  *Sabrina Dahache, sociologue http://www.reseaurural.fr/centre-de-ressources/actualites/la-place-des-femmes-dans-l%E2%80%99agriculture-en-question
                     [...] Elles représentent un quart de la population agricole, 9 conjoints collaborateurs sur 10 sont des femmes, en 2014. Les agricultrices sont moins souvent propriétaires du foncier que les hommes, et ne représentent que 25,4 % des chefs d’exploitation agricole (chiffres MSA 2016). Parmi les femmes installées à titre individuel, la plupart (60 %) ont succédé à leur conjoint au moment du départ à la retraite de celui-ci. [Une grosse proportion des femmes chefs d’exploitation assure en fait la transition entre la retraite de leur mari et la future reprise de l’exploitation par un enfant ou un tiers, ou veulent améliorer le montant de leur retraite]. Les agricultrices sont en revanche de plus en plus nombreuses à s’installer en société (EARL, GAEC, etc.). Seulement 1/3 des sociétés agricoles ont au moins une femme dans l’équipe dirigeante. Parmi les nouveaux installés en agriculture en 2014, 41 % étaient en effet des femmes. Mais il faut également noter que 2 000 à 5 000 femmes exercent encore sans statut juridique (MSA, 2016). Taux d’endettement plus importants que leurs homologues masculins,  Elles doivent, plus souvent que les hommes, exercer leur métier sur de petites unités de production. Cette limitation subie de taille d’exploitation les conduit souvent à aller vers la diversification.  Évolution régulière de la part des filles dans les effectifs des formations de la production : (9,4 % en 1979, puis 16,3 % en 1989 et enfin 38 % en 2014, et la dynamique se poursuit) [...]

Quelques personnes excusées 
-Madame Bénédicte Peyrol Députée de la troisième circonscription de l'Allier
-Monsieur Claude RIBOULET, Président du Conseil départemental de l’Allier
-Monsieur Jean Jacques Rozier, vice-président du Conseil départemental de l’Allier
-M. Christian DECERLE, Président de la Chambre d'Agriculture de Saône et Loire
-Madame Christiane LAMBERT Présidente FNSEA 
-Monsieur Vincent BERTHOLIER Directeur de l’Agence du Crédit Agricole de Montmarault
-Madame Annick JORDAN de la DRAAF Auvergne Rhône Alpes Direction Régionale de l'Alimentation, de l'Agriculture et de la Forêt Auvergne-Rhône-Alpes
-Madame Chantal Balandreau représentée ce soir par Juliette Boyé, assistante sociale.
-Madame Marie Allet, Présidente de l’Intergroupes féminins
-Madame Claire LAGROST Conseillère à la Chambre d’Agriculture du Cher