ALLIER_FORMATIONS_2011logo_trame VIVEA
La restitution des travaux de  l’étude action "Les groupes et la formation"
Les groupes de développement et la formation continue des agriculteurs

soit la présentation des résultats de l’étude action menée en partenariat entre Trame, Vivea et les structures de groupes locales, FDGEDA, FDCETA et DFAM 03 s'est déroulée ce 22 septembre 2011 à Tronget  -
Rappel des objectifs de l’étude  voir ce billet sur le blog

Analyser le rôle actuel et futur des groupes de développement en matière de formation continue des exploitants agricoles

 Entreprendre des actions conjointes pour renforcer le rôle des groupes de développement dans les dynamiques de formation

 

L’ordre du jour était le suivant :

     uAccueil par les présidents de la FDCeta et de DFAM 03 et présentation de l’ordre du jour
     uPrésentation de l’étude, de ses objectifs et de son déroulement par Eric Charbonnier
          Présentation des résultats – restitution des différents entretiens - analyse de l’étude
    
     uRéactions – Commentaires et Questions

     uActions à envisager au sein de chaque structure– Pistes
  
 

A ce jour, aucun travail de fond ne montrait le rôle prépondérant que jouent les groupes de développement dans les dynamiques locales de formation.Trame a choisi le département de l’Allier avec 3 autres sites pilotes (le Doubs, le Jura et le Pas de Calais) pour mener une étude sur « les groupes et la formation continue des agriculteurs » :

Il ne s’agit pas d’une étude classique mais d’une étude « action », un travail qui vise à préciser et à éclairer la contribution actuelle et potentielle des groupes de développement à la formation continue des agriculteurs.

Pour mettre en oeuvre cette enquête, un comité de pilotage : Eric Charbonnier, Marie Paule Bechler, Gérald Bacconnier, Grégoire Beauchamp et Michèle Debord  ont coconstruit la démarche, encadré et organisé deux réunions physiques et téléphoniques et Eric Charbonnier à procédé à plusieurs entretiens auprès des responsables des GFDA, des CETA, de leurs animateurs, de leurs différents interlocuteurs comme la MSA, la Chambre d’Agriculture, et Vivéa.

Il s’est donc agit au fil de ces derniers mois, d’arriver à une sorte de diagnostic comprenant
* un descriptif des actions concrètes en matière de formation menées par les groupes de l’Allier, que ce soit pour eux mêmes ou pour les agriculteurs du département,
*de comprendre la perception des groupes quant à leur rôle aujourd’hui et à l’avenir sur la formation.
 

click_sur_les_liensEtude_(TRAME_VIVEA_FDGEDA)_Formations dans l'Allier 
Restitution_Allier_Diaporama    Documents réalisés  par Eric Charbonnier Ingénieur Trame

 Essai de Décryptage / remarques et réflexions


formation3" Là où il y a des groupes, les formations sont au plus près des besoins "
Le groupe est donc un lieu privilégié de repérage de besoins, toutes les personnes interrogées l’affirment sans exception. "Apprendre , s’informer, anticiper, se remettre en cause sont des vertus exprimées de la formation en groupe. Les actions de formation font parties de la culture et de l’identité des groupes"
"L’émergence des formations : ce sont les idées des groupes avant tout, elles sont montées à partir des besoins des adhérents en priorité."
"Les formations se réalisent car le public est mobilisé : c’est lui qui a choisi le thème ".
 " La formation fait progresser les agriculteurs, techniquement et économiquement. Elle a des conséquences sur l’amélioration de la rentabilité de l’outil. "
L’avenir des groupesintérêt développer  la formation :  apport personnel, professionnel qui augmente la cohésion des groupes et amène de la crédibilité et du professionnalisme .

"Il manque peut-être une réflexion de fond, une vraie analyse des besoins..."
"Le réseau semble plus efficace que l’ " effet catalogue" " 
Formations et groupes s’auto stimulent,
la formation alimente le groupe et le groupe alimente la formation, c’est un cercle vertueux.

DFAM : Les thématiques touchant aux souffrances, aux risques psychosociaux et aux difficultés sociales rencontrées dans  dans le monde agricole, sont un enjeu de formation à venir :  Il y a un public en souffrance en agriculture.
Ce qui fait l’innovation, c’est de coller à la vie quotidienne : C’est l’actualité qu’il faut suivre ! ( Internetet ses dangers, les réseaux sociaux)

 FDCETA " Les Ceta ont toujours un train d’avance. Ils travaillent en lien avec les techniciens,  ... Les formations innovantes émergent toujours via les groupes par un ou deux agriculteurs ou par le technicien. » Des thèmes absents cependant : stratégie, prospective, approche globale, AEI etc…"

Les deux réseaux sont et fonctionnent de manière très différente ... malgré une histoire commune dans les années 80. 
La Fdgeda ne remplit plus son rôle historique de coordination des groupes dans le département , elle doit être mieux structurée, il y a un vrai problème de communication . 

Il faut développer complémentarité et  coordination entre les deux réseaux  : indispensable pour progresser.

 Actions à mettre en place :

 u Un lien formel entre les élus VIVEA et les élus des réseaux des groupes : hypothèse d’un référent élu pour faire du lien. A construire concrètement avec VIVEA
 uUne formation commune entre les deux réseaux DFAM et Fdceta,  en 2012. Le thème est à définir :
Le thème de la communication est proposée : communication interne entre les réseaux, et/ou savoir communiquer en tant qu’agriculteur (trice). 
 u Une formation de responsables pour « booster » les présidents (et autres responsables)
uUne AG commune  Fdgeda, Fdceta, DFAM 03, en demi- journée : un temps séparé entre les deux réseaux, puis un temps commun, un thème fort qui réunisse les préoccupations des deux réseaux (y compris thème hors agricole),  diner ou coktail….
communiquer_entre_les_2_r_seaux_Besoins pour avancer :
uMieux communiquer entre les deux réseaux FDCETA et DFAM : ( blog )
uTrouver un appui animation pour les groupes (difficulté pour animer la structure départementale) :  un projet est à construire pour rencontrer le(s) partenaire(s).

Décisions prises pour le court terme :
uRéaliser les prochaines AG des réseaux le même jour, selon le protocole évoqué ci-dessus -comité  de préparation le 28 novembre 2011 à Tronget 14 heures -
ula Fdceta communique dans le blog de DFAM

 Merci à Eric Charbonnier pour la qualité de l’étude réalisée, 
la restitution très détaillée complètement en congruence avec tous les propos et commentaires des enquêtés !
Les personnes présentes ont pris  conscience de la force des  groupes mais aussi de leurs faiblesses
et peut -être que cette réunion sera un déclic , un moteur vers une nouvelle et fructueuse collaboration entre les deux réseaux FDCETA ET DFAM.

Battons le fer tant qu'il est encore chaud ! 

 Comité de pilotage et  intervenants
Eric Charbonnier (Trame)  - MP Bechler (Vivéa)- 
Grégoire Beauchamp (FDCETA)  -
Gérald Bacconnier (FDGEDA03) - Michèle Debord(DFAM 03)

Lea Geneix ( Chambre d'Agriculture) -
Mikael Bimbar (Technicien Chambre d'Agriculture)-
Daniele Delorme (Ancienne conseillère MSA)
Hervé Degrange – 
Les président(e)s des GFDA, CETA et GDA de l’Allier -
Claude Vanneau (Vivéa) - Elisabeth Grad (représentant Chambre et Présidente GFDA Bocage Ouest)-

 Suite à l'étude, menée par Trame et commandée par Vivéa,  un dossier qui reprend l'ensemble des résultats de l'étude a été édité. 

ScreenShot119
cliquer sur l'image ci-dessus  et visitez le site 
http://www.pardessuslahaie.net/trame
"Là où il y a du collectif, il y a de l'initiative" 
Christiane Lambert, Présidente de Vivea http://www.pardessuslahaie.net/trame 

"A l'occasion de l'assemblée générale de Trame du 17 avril 2012, VIVEA, Trame, la FNGEDA et l’ANCEMAont signé une convention pour développer la formation des agriculteurs en groupes de développement. Pour de nombreux acteurs du secteur agricole, le lien entre formation et groupes de développement est une évidence, mais l’appareil de développement agricole est en pleine mutation. Uneétude commandée à Trame par VIVEA a permis d’approfondir cette question et de préciser le rôle des groupes de développement et des cercles d’échanges en matière de formation continue des agriculteurs.

Cette convention permet aussi d'affirmer le lien entre la formation et les groupes de développement et de transposer les bienfaits de la formation continue menée par les groupes de développement. Comme le constate Christiane Lambert, Présidente de VIVEA, "les groupes ont un rôle de défricheurs et d'éclaireurssur les thématiques qui peuvent ou qui pourraient intéresser les agriculteurs". En effet, les groupes doivent-être force de proposition et ont un rôle essentiel dans le recrutement pour les formations!"