technologie

Plus connecté et pourtant plus isolé

En 2015,  j’ai eu l’occasion de faire un voyage en France où j’y ai prononcé une dizaine de conférences dans sept régions du pays. Un groupe de femmes de la FNGeda m’a contactée à la suite d’un rapport accablant de l’Institut de veille sanitaire (InVS) faisant état d’une triste réalité : un agriculteur se suicide tous les deux jours en France.[...] En plus des conférences, j’ai aussi assisté à des réunions de femmes où chacune apportait un petit plat. Grâce à ces échanges, elles partageaient, riaient, se comparaient, se consolaient. J’ai par ailleurs pu constater l’entraide et la solidarité qui y régnaient. J’avais l’impression de revoir ma mère avec son cercle des fermières, que je trouvais un peu quétaine à cette époque, je m’en confesse. En France, certaines femmes m’ont avoué se servir parfois de leurs rencontres pour s’arrêter. S’arrêter pour mieux réfléchir, s’aider, s’encourager. S’arrêter pour mieux repartir et choisir la bonne voie. Est-ce que cette pratique trop isolée pourrait être une piste ?

Ces rencontres de groupes de femmes, auxquelles assistent parfois quelques hommes, ont démontré ce que les recherches illustrent clairement : entretenir un réseau social, avoir des amis ou se retrouver ensemble contribue à nous aider lors de périodes difficiles. Le réseau agit comme un parachute[...]Par Pierrette Desrosiers, M.Ps.
Psychologue du travail, conférencière, coach d’affaires, formatrice et auteure

http://pierrettedesrosiers.com
En savoir plus ... MAL DE TERRE  RPS